Chasse : le Sénat entrave la bienveillance


Billet d'humeur :   

  Avril 2019 : le Sénat, vient de créer un délit d'entrave à la chasse... les contrevenants pourraient être condamnés à 30 000 euros d'amende et à 1 an d'entrave  emprisonnement.  

Caresser dans le sens du fusil

Avec 1,1 millions de chasseurs et près de 40 000 associations de chasse, soit plus d'une par commune, les chasseurs représentent une force politique. La chasse n'intéresse pas les politiques, elle n'est pas pratiquée sur les bancs de l'ENA, ce sont les chasseurs et leur maillage sur tout le territoire qui est stratégique. Cette force aurait aussi bien pu être une puissante fédération de lanceurs de petits pois ou des photographes animaliers, mais malheureusement, ce sont ceux qui aiment tirer, qui ont emporté le pompon. L'aspect primitif de notre espèce qui sapiens peu au final, détrône tous les créateurs d'art ou d'esprit. Viser, tirer, bouffer et asseoir son pouvoir sont les quatre mamelles de notre civilisation en décrépitude. Il faut la nourrir. 

Les politiques en recherche d'appui locaux, caressent donc dans le sens du fusil ces braves citoyens, principalement des cadres (1)  qui leur assurent leur soutien massif. Et il faut dire qu'il est plus facile de contredire celui qui porte la fleur, que celui qui brandit le fusil. Les confusions entre perdrix et blaireaux sont si vite arrivées... 


Isoler la scène du crime 

L'entrave selon le Larousse est "ce qui retient, gêne, embarrasse ; obstacle..."  Le Sénat veut donc protéger les chasseurs de leurs entraves... Non content de pouvoir chasser jusqu'à 19 espèces d'oiseaux menacées d'extinction (2), d'avoir un lobbyiste permanent pendus à l'oreille du président Emmanuel Macron (3), le gouvernement, à quelques semaines des élections européennes, tente de libérer les chasseurs de leurs entraves... du seul petit grain de sable qui grippe leur belle machine à vote : les défenseurs des animaux.  Les dernières oppositions d'AVA notamment au sein des chasses à courre organisées dans l'Oise, ont mis en exergue ces pratiques cruelles, abolies depuis 65 ans outre-Rhin (4). Quoi de mieux que d'interdire toute opposition pour au final dissuader les curieux, journalistes compris, de venir se crotter et choper des tiques dans les forêts ? Leurs témoignages pourraient être des entraves à la bienséance (5). Reconnaissons au moins que l'agonie d un cerf immortalisé sur le canard quotidien  ce n'est pas très ragoūtant au petit déjeuner... 



Faites entrer la victime ! 


Qu'est ce qu'une entrave ?  Faudra t-il condamner les cyclistes qui entravent le parcours et la bonne tenue de la chasse en interceptant une balle à l'orée d'une forêt ? Car au final qui était perdue, la balle ou le VTTiste ? (6)  Et lorsqu'il s'agit de surfeurs qui ont eu la mauvaise idée de se confondre avec des perdrix, il y a gêne ? (D'ailleurs les chasseurs ont bien répondu un "ta gueule" aux deux surfeurs qui ont osé se plaindre de la confusion, désormais ils pourront crier "ta geôle !") (7)  Et dans le cas d'un TGV... qui est coupable d'entrave ? La SNCF, le train, les passagers qui ont délibérément choisi un train qui allait s'aligner perpendiculairement au tracé de la balle d'un amoureux de la nature. Brave chasseur, entravé dans sa quête de régularisation par des touristes passifs ! (8

La compassion et la mobilisation du Sénat pour ces "premiers écologistes de France" (9),  ces veilleurs de notre quiétude face à la horde d'animaux sauvages et d'élevages qui rôdent, s'imposaient avec 235 voix pour, et 94 abstentions. Les votes d'oppositions ont visiblement été considérés comme des entraves au bon fonctionnement de la démocratie....


Les entraves des animaux dans les cirques ou des truies gestantes ne semblent pas retenir l'attention de nos élus, mais ce ne sont "que" des animaux, ils n'avaient qu'à voter ! 

Et le délit d'entrave à la liberté de vivre, il est pour quand ? 


Commentaires

Articles les plus consultés