Pourquoi la Proposition de Loi de Zoopolis sur les cirques n'est ni viable ni réaliste




L'association Paris Zoopolis travaille depuis plusieurs mois sur une proposition de loi contre la captivité des animaux sauvages à des fins de spectacles.


Cette proposition de loi n° 1811 portée par le député M.Robin Reda et plusieurs députés Les Républicains a été enregistrée à la Présidence de l’Assemblée nationale le 27 mars 2019.

Sur le fond, nous partageons l'exposé des motifs et la nécessité de sortir de ce modèle animal aussi cruel qu'inutile. 
Sur les propositions, nous pensons qu'il y a une grave erreur d'analyse et que de telles dispositions risquent de faire plus de mal que de bien, d'où ce post. 



La proposition veut instaurer un délai de 6 ans pour se séparer des animaux sauvages dans les cirques. Ce délai est intenable car il est tout simplement impossible de replacer des centaines de tigres, lions, macaques ou babouins ou encore les éléphants de cirques dans des sanctuaires dignes de ce nom. 

Le risque est par conséquent que les cirques, afin d'éviter des amendes, se débarrassent de leurs animaux avant la date butoir. 


Le Portugal a été confronté au même problème, il a donc décidé en 2009 d'interdire l'acquisition et la reproduction d'animaux sauvages, et c'est seulement 9 ans, plus tard, en 2018, qu'il a été décidé d'instaurer une date butoir de 6 ans. Il a donc fallu au total 15 ans au Portugal pour mettre fin à la présence des animaux dans les cirques, et ils étaient bien moins nombreux qu'en France !









La proposition de loi propose la mise en place d'un établissement pilote pour le placement des animaux. Une fois de plus, cette proposition, si elle est séduisante sur le papier est irréaliste, car :
- ne concernerait qu'une infime minorité du millier de félins et de primates

- ne pourrait être financé dans le contexte des finances publics

- mettrait en avant un aspect pédagogique et de conservation en milieu ex situ alors même que ce type d'argument est précisément dénoncé par les associations oeuvrant contre la captivité animale dans les zoos notamment ( Fondation Droit Animal, Ethique et Sciences, Code animal....)










La proposition ouvre la possibilité du rachat des loups et des ours par les associations de protection animale. Ce genre de pratique est en général proscrit dans la mesure où l'argent de ce rachat pourrait servir à l'achat d'autres espèces et notamment de rapaces qui ne sont pas mentionnés dans cette proposition de loi. 


Alors que faire ?

Une proposition commune a été signée par une vingtaine d'organisations (1) afin de sortir progressivement, mais de manière réaliste, de cette présence d'animaux sauvages dans les cirques , sur la base d'une extinction progressive et en prenant en compte la réalité humaine des cirques >> Lire la proposition commune 


Pourquoi cet article ?

Avant de publier cet article nous avons tenté de parler (depuis octobre 2018) à l'association Zoopolis des incohérences de sa proposition, nous n'avons pas eu de réponse. Nous avons retenté d'ouvrir un dialogue suite à la publication du PPL, nous avons été banni de leur réseau social afin d'éviter tout débat. 

Il nous paraît important de ne pas nous infliger une auto-censure et ainsi accepter sans mot dire des propositions qui nous semblent dangereuses, sous prétexte de solidarité inter-associative. Ouvrir le débat même au sein de la cause animale, nous semble salutaire, s'il permet de nous élever un peu plus tous ensemble. 
__________________________






(1) AAP Primadomus, Animal Justice Droit, Animalier Animalsace, Animavie, ASPAS, AVES France, CACH, CCE²A, C'est Assez, Code Animal, Convention Vie et Nature, Education Ethique Animale, Ensemble pour les Animaux, Fondation Brigitte Bardot, La Fondation Droit Animal, Ethique et Sciences, Fondation 30 Millions d'Amis, IFAW, Pisteurs, la SPA, Véthique et Paris Animaux Zoopolis (...?)

Commentaires

  1. Un délai de 6 ans ne me paraît pas inatteignable. Mais pour cela il faut faire preuve de bonne volonté ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème est une question de places, elles n existent pas .

      Supprimer

Publier un commentaire

Articles les plus consultés